Prières partagées...

Le psaume pour le Carême : le Psaume 145

Alléluia ! Chante, ô mon âme, la louange du Seigneur ! +

Je veux louer le Seigneur tant que je vis, *

chanter mes hymnes pour mon Dieu

tant que je dure.

Ne comptez pas sur les puissants, des fils d'homme qui ne peuvent sauver !

Leur souffle s'en va : ils retournent à la terre ; et ce jour-là, périssent leurs projets.

Heureux qui s'appuie sur le Dieu de Jacob, qui met son espoir dans le Seigneur son Dieu,

lui qui a fait le ciel et la terre et la mer et tout ce qu'ils renferment ! Il garde à jamais sa fidélité,

il fait justice aux opprimés ; aux affamés, il donne le pain ; le Seigneur délie les enchaînés.

Le Seigneur ouvre les yeux des aveugles, le Seigneur redresse les accablés, le Seigneur aime les justes,

le Seigneur protège l'étranger. Il soutient la veuve et l'orphelin, il égare les pas du méchant.

D'âge en âge, le Seigneur régnera : ton Dieu,

ô Sion, pour toujours !

 

Quarante jours

 

Pour faire le tri,

Pour se délester de ce qui est inutile

Comme lorsqu'il faut traverser un désert, 

 

Quarante joursPour ne plus se contenter

De ''juste comme il faut''

Pour sortir du strict minimum, 

 

Quarante jours

Pour éduquer le cœur et aimer,

Apprendre à aimer, d'une façon neuve,

À la manière des premiers jours,

Pour éduquer l'esprit,L’arracher à ses obsessions, à ses idées reçues,Et l'ouvrir à la nouveauté,

Pour éduquer le regard à dépasser

L’usure à travers l'écran

Des masques et des apparences, 

 

Quarante jours

Pour marcher à un autre rythme,

Pour changer de style, pour faire le ménage,

Pour se purifier, 

 

Quarante jours

Pour regarder les autres, pour regarder Dieu,

Pour écouter la Parole du Christ et la laisser faireSon œuvre de redressement au secret de nos désirs, 

 

Quarante jours pour être transfiguré,

Quarante jours pour grandir avec l'Evangile,

Quarante jours pour apprendre à vivre !

 

La route vers Pâques

 

Dieu notre Père, en ce dimanche

des Rameaux et de la Passion, 

par nos palmes et nos hosannas,

nous acclamons ton Fil Jésus, notre libérateur,

et nous prenons la route vers Pâques, 

chemin d’espérance et de vie.

 

Donne nous assez d’amour et de courage

pour prendre aussi l’autre chemin, 

celui de la croix,

pour ne pas laisser Jésus seul et abandonné

et pour l’accompagner jusqu’au matin de Pâques.

 

Prière de Normand Provencher

 

 

Prière en temps de carême

Seigneur,

 

Conduis-moi au désert et parle à mon cœur blessé. 

Je veux me retrouver face à toi dans le silence et la solitude, 

Et t’ouvrir le livre de ma vie. 

 

Tu connais mes luttes et mon péché. 

Tu sais combien j’ai besoin de toi. 

Pose ton Regard sur mon histoire. 

Abreuve ce qui est sec, stérile ou tari. 

 

Quarante jours me sont offerts pour retrouver mes forces intérieures; 

Pour me dépouiller des masques et des illusions. 

Que la soif de toi m’ouvre à la grâce.

Que ton Esprit me relève et me relance. 

 

Fais alliance avec moi ! 

Montre-moi des chemins nouveaux! 

Permets que je témoigne, par ma joie et mon espérance 

De ta générosité et de ta tendresse, envers ceux et celles  qui font route avec toi. 

 

Seigneur, conduis-moi au désert. 

Parle à mon cœur et raffermis ma foi ! 

 

Pierre Charland

 

Entrer en Carême, c'est ouvrir sa porte

 

et réapprendre à bouger, à se déplacer, à vivre.

C'est refuser de rester figé dans ses positions,

ses dogmes ou ses certitudes absolues. 

 

Entrer en Carême, c'est aussi changer de cap.

Mettre le cap sur Dieu en se laissant déranger

par les coutumes des autres, leurs idées,l

eurs habitudes,leurs langues.

Se laisser surprendre par la musique de l'autre,

qui dit un autre rythme, un autre temps,une autre chanson. 

 

Entrer en Carême, c'est aussi se mettre à l'écoutede la Parole, celle qui, au milieu des bavardages,

nous touche au coeur et nous arrache

non une larme, un billet de banque ou un chèque,

mais un geste de pardon, d'amour ou de paix. 

 

Entrer en Carême, c'est se mettre à l'écoute

de la réussite de Dieu, celle qui accepte la blessure,

celle qui ne profite pas de l'échec du faible,

celle qui n'exploite pas la naïvetéou la sueur du faible. 

 

Entrer en Carême, c'est se mettre à l'écoute

de l'amour de Dieu.

Pas un amour maquignon qui ne tient compte

que du tour de taille, de la beauté des yeux

ou du regard.Un amour qui vous apprend à lire autrement,

à parler, à partager, à se rencontrer autrement.

 

Apprendre à ressusciter

 

Sur les chemins quotidiens de notre vie 
Où il nous précède et nous attend, 
Jésus nous apprend à ressusciter.

Car la Résurrection n'est pas un état final 
Qui adviendrait brutalement à notre mort : 
C’est une éclosion, c'est une avancée.

Jésus nous apprend à ressusciter car on apprend à ressusciter 
Comme on apprend à faire ses premiers pas et à se tenir debout.

A la suite de Jésus, vivre c'est apprendre à ressusciter: 
C’est apprendre à vivre en homme et en femme, 
Chaque jour, de façon humaine, tout simplement, 
C’est apprendre à donner de soi, c'est apprendre à croire 
Que Dieu se consacre au bonheur du monde,

C’est apprendre à espérer que la vie a un sens 
Et que la mort est un passage, 
C’est apprendre à aimer à la façon de Dieu, 
À écouter l'Esprit de Dieu en nous.

C’est apprendre à s'arracher au mal, 
À partager avec chacun ce qui est nécessaire à la vie, 
À refuser des situations indignes de l'être humain, c'est lutter, 
Ne pas se taire quand la qualité de la vie est en cause et celle de l'amour,

C’est apprendre à vivre selon l'Evangile 
Parce que c'est le chemin tracé par Jésus et sur lequel il nous précède 
Afin de nous introduire dans la Résurrection!

Charles Singer

 

Les Grands esprits

De grands esprits nous disent, Seigneur,
qu’il faut pour te prier ... s’arrêter, s’isoler,
se mettre à genoux ou se tenir bien droit,
les bras ici et les mains là,
clore les yeux pour mieux Te voir,
clore les oreilles pour mieux T’entendre,

et commencer par…
et continuer par…
et terminer par…

Mais ils oublient de dire, Seigneur,
qu’il faut de temps en temps sortir
pour faire les courses avec toi,
et regarder le monde,
et regarder les Hommes,
et regarder la vie,
pour cueillir les joies de tous
et leurs peines secrètes
et te les donner à porter,
Toi qui veux bien porter les fardeaux les plus lourds
tandis qu’à nous, tu réserves les colis plus légers.

M. Quoist,
« Chemin de Prières »

Prière envoyée par Anne Lise Streit)

 

Va vers toi-même.
Étonne-toi de toi.
Accueille la polyphonie qui t'habite.
Les couleurs de ta palette
sont plus que tu ne l'imagines.

Réveille les lumières de ton vitrail intérieur.
As-tu déjà contemplé un vitrail de près ?
Vu de l'extérieur,
il paraît un peu gris et triste.
Il faut entrer dans le sanctuaire ou dans la maison.
Et s'asseoir.

Pas seulement un jour, une fois.
S'asseoir souvent, quelques minutes,
mais à des heures différentes,
quand il fait beau soleil,
quant il fait pluie,
par temps de neige ou de brouillard.

Quelle vie, un vitrail !
A chaque saison du jour une lumière nouvelle.
Assieds-toi près de toi, respire un bon coup,
laisse un peu de souffle t'envahir,
et dis-toi que le premier vitrail ,
c'est toi.

Gabriel Ringlet

 

" Le Dieu que je vénère ne déclenche ni pensées ni actions négatives. Il éclaire, il apaise, il produit de l'amour. Loin d'augmenter les fissures ou d'amplifier les divisions, il nous fait pénétrer dans l'unité et l'harmonie du Tout. Il nous remplit de reconnaissance, pas de jalousie. Il comble nos frustrations ou nous signale leur ridicule. Il nous agrandit au lieu de nous rapetisser, tout en nous ramenant à une humilité modeste. Ce Dieu-là n'exige pas qu'on tue mais qu'on aime et qu'on perpétue la vie."

( L'homme qui voyait à travers les visages - Éric-Emmanuel Schmitt)

 

 

Aime le silence.
Mets-toi à son école. Il est ton maître.
Il t’apprendra à regarder l’icône de Jésus Christ,
il t’apprendra à accommoder les yeux de ton cœur à ce visage de Dieu
qui te révèle ton propre visage et de celui de l’homme.

Aime le silence.
Mets-toi à son école. Il est ton Maître.
il t’apprendra à regarder le visage défiguré de Jésus Christ.
il l’apprendra à accommoder les yeux de ton cœur à ce visage de Dieu
qui te regarde avec les yeux de l’homme affamé et torturé.

Aime le silence.
Mets-toi à son école. Il est ton Maître.
Il t’apprendra à regarder le visage transfiguré de Jésus Christ.
I ! t’apprendra à accommoder les yeux de ton coeur
pour discerner, au coeur de la création,
les reflets de la beauté du Créateur,
pour discerner dans l’épaisseur des choses et des êtres
leur véritable dimension intérieure.
et dans les humbles gestes de tout être créé,
les traces de sa bonté.

Aime le silence.
Mets-toi à son école. Il est ton Maître.
Il t’apprendra à regarder le visage humain
et divin de Jésus Christ.
Source et Achèvement de notre histoire.
Il t’apprendra à accommoder les yeux de ton cœur
pour discerner les brèches de lumière au fond de nos impasses.
les germes d’éternité dans la brièveté du présent
et le devenir encore caché de tout être vivant.

Aime le silence.
Mets-toi à son école. Il est ton Maître.
Il t’apprendra à regarder
le vrai visage de l’homme et de Dieu.
il te donnera ce regard intérieur de la foi
qui apprend à regarder les hommes.
leurs joies et leurs souffrances.
leurs désespoirs et leurs espérances.
tous les grands et petits événements de la vie
avec les yeux de Jésus Christ.

Michel HUBAUT

 

 

Ta parole dans nos silences

Il est bon d’écouter sans défaillance,
Seigneur, ta Parole, mais
L’abîme du silence comme un flot m’environne.
Creuse encore ce grand vide
Où montera parfois, frêle et timide,
Le murmure inlassable de ta voix.
 
Il est bon de guetter sans lassitude,
Seigneur, ton passage, mais
L’attente est solitude et combat sans relâche.
Se peut-il que ta grâce me donne
Un délai pour que je passe
Tous les jours à renaître dans la paix?
 
Il est bon de chercher avec patience,
Seigneur, ton visage, mais si grande
Est la distance jusqu’à l’autre rivage.
Se peut-il que tu fasses
De cette immensité l’unique espace
Où s’élance vers toi ma liberté?
 

Pierre Yves de Taizé

 

Seigneur, comme la Samaritaine,

je me tiens au bord du puits
tout près des eaux profondes,
là où Tu demeures sans que
j'en aie toujours conscience.
Je puise, je veille, j'espère et j'attends
Ta venue dans l'ordinaire des jours.
Alors, des profondeurs où j'ai puisé,
crié vers Toi, tant désiré,
j'ai vu la source devenir un fleuve d'eau vive.
Ce filet d'eau plein d'espérance,
entretenu jour après jour
dans l'ordinaire du temps,
s'est révélé Promesse de vie éternelle:
et voici qu'au pays de la soif,
l'eau a jailli et se répand.
Oui, Seigneur, tout en moi exulte
et renaît à ta venue, si imprévue
qu'elle me surprend.
Veille, mon âme, au bord du puits,
le Seigneur t'attend
et te dit "Donne-moi à boire"
Christine Florence

« Je fais Alliance avec vous » :


« Faire Alliance ! Ce n'est pas rien !
Le mot contient un autre mot, le verbe LIER.
On est liés, Seigneur, on est attachés.
On ne sait pas vivre sans Toi,
Tu ne sais pas vivre sans nous.

Dans nos difficultés, Tu es là ;
dans nos joies, Tu es là !

Dans nos doutes, Tu sembles absent,
mais c'est nous qui Te lâchons.

Noé était perdu,
quand Tu t'étais mis en colère contre l'homme,
mais Noé se réjouit,
parce que Tu ne l'abandonnes pas.
Tu lui offres l'arche pour sauver toutes Tes créatures
et dans la pluie de son Déluge,
Tu proposes l'Arc en ciel de ton Salut.

Ne nous abandonne pas,
même si nous T'abandonnons,
même si nos paroles ou nos actes,
nos jugements hâtifs mériteraient Ta colère.

On est liés, Tu sais, rappelle le moi tous les jours
car notre monde nous détache trop souvent de Toi
et donne-nous, par ce Carême,
de nous rapprocher de Toi,
de retrouver notre fidélité de baptisés.

Amen. »

Yves Garbez

« Mon Dieu, je ne viens pas Te demander de faire un bon Carême » :

« Mon Dieu,
je ne viens pas Te demander de faire un bon Carême,
mais de faire un bon moi-même.
Je ne viens pas Te demander de m'apprendre à me priver,
mais de m'apprendre à aimer.
Je ne viens pas Te demander la justice des sacrifices,
mais la justice du cœur.
Non le mérite
mais le pardon.
Non la pénitence
mais la joie,
car elle est pauvre.
Amen. »

Père Jean Debruynne

ENVOYEZ-NOUS UNE PRIÈRE

ou une intention de prière...

elle paraîtra sur cette page

C'est une manière de la partager avec tous...

Ne craignez  rien si vous vous servez de cette boîte de correspondance. Vos données ne seront pas divulguées...

Tu es le Vivant !

Joie de croire! Joie de Pâques!
Joie de vivre et d'aimer!

Pour tout cela, Seigneur, nous te rendons grâce.

Toi qui te montres vivant chaque fois que nous sommes rassemblés en ton nom, remplis aujourd'hui nos cœurs de la joie de croire.

Toi qui nous fais goûter la joie de ta présence chaque fois que nous sommes dans l'épreuve, sois la source intarissable d'une vivante espérance.

Que cette joie de vivre et d'aimer en ta présence nous donne de partager notre richesse et nos biens avec toutes les personnes qui ont besoin d'amour et de paix.

Ainsi, nous pourrons te louer sans fin et témoigner à chaque instant que tu es le Vivant maintenant et toujours.
Amen!

Auteur inconnu

Pâques : Un regard neuf

Chaque être porte en lui-même une part de résurrection.
Chaque être peut nous enrichir, à condition de plonger en lui
dans ce qu'il y a de beau, de meilleur, de lumineux, de divin.

Malheureusement, nous épluchons d'abord les ténèbres de l'autre. Et nous en restons là.
Le Christ est là, dans chaque être, enfoui, prêt à se faire reconnaître, et nous passons sans le voir.
Nous manquons la rencontre souvent, pris par notre égoïsme, nos refus,
nos barrières, nos intolérances, nos rejets.
Nous avons besoin de demander dans notre prière le regard du Christ.
Il plongeait dans les êtres avec une telle intensité, une telle fraîcheur, une telle nouveauté,
que personne n'oubliait jamais plus ce regard. Et en vivait.

Le Christ ressuscité a besoin de notre regard de tendresse et de miséricorde pour aborder chaque être.
Plonger dans ce que chaque personne a de meilleur, c'est recevoir une parcelle de la lumière du Ressuscité.

Père Guy Gilbert